Le coworking, une nouvelle façon de travailler

Le coworking connaît un engouement sans précédent. Ces espaces de travail partagés, qui se multiplient à Paris et dans les grandes villes, témoignent d’une nouvelle manière d’exercer son métier, conjuguant liberté et autonomie avec réseau et partage.

Le coworking, une nouvelle façon de travailler

Vous ne connaissez pas le coworking ? C’est pourtant la grande tendance du moment dans le monde des travailleurs indépendants. Attachés à leur liberté, mais soucieux de ne pas s’isoler, les créateurs d’entreprises et autres professionnels en free lance, qu’ils exercent ou pas dans un secteur créatif, sont nombreux à rechercher cette nouvelle manière de travailler pour déployer leur activité. Pour éviter de s’isoler dans un bureau ou à leur domicile, ils choisissent le coworking, qui n’est autre que le partage d’un espace de travail avec d’autres indépendants.

Paris, 3e ville du monde du coworking

Les espaces de coworking se multiplient dans le monde, principalement dans les capitales et les grandes villes. Selon l’étude « Global Coworking Survey » dévoilée par le magazine Deskmag début 2017, il existe près de 14 000 adresses de coworking dans le monde. Avec une centaine d’espaces de travail partagés, l’agglomération parisienne figure, juste derrière New York et Barcelone, dans le peloton de tête des villes où il fait bon vivre le coworking. Ces lieux de travail « nouvelle génération » se développent aussi en province, où les villes championnes sont Bordeaux et Lyon.

L’engouement pour le coworking dépasse les frontières de l’entrepreneuriat et des startups. Il touche aussi des salariés mobiles qui n’ont plus forcément besoin de travailler quotidiennement dans les bureaux de leur entreprise, et qui souhaitent bénéficier, dans le même temps, d’un cadre de travail plus propice à la concentration que leur domicile, moins fermé aux échanges qu’une bibliothèque, dans une ambiance à la fois studieuse et stimulante, au milieu d’autres travailleurs solo.

Être coworker : une stratégie économique

Les avantages du coworking sont, en effet, multiples. Tout d’abord, la location d’un poste de travail coûte bien moins cher que celle d’un bureau classique. Par exemple, à Paris, la location d’un bureau de 12 m2 coûte au minimum 500 € HT par mois, alors qu’un poste de travail en coworking à temps plein revient environ deux fois moins cher. Être coworker, c’est donc aussi une stratégie économique. Aucune caution ou avance sur loyer n’est demandée, et le coworker ne paie que les heures où il est réellement présent dans l’espace. Il adapte son forfait à son temps de présence, ce qui l’autorise à ne pas venir systématiquement tous les jours dans son espace. Bien souvent, cela lui permet de bénéficier d’un lieu de travail convivial dans un quartier attractif, en centre-ville, plutôt que dans un centre d’affaires aseptisé.

Partager des expériences

Bien sûr, le coworker bénéficie des ressources matérielles offertes par l’espace : réseau wifi, imprimante-photocopieuse, scanner, rétroprojecteur, machine à café… Mais surtout, il bénéficie d’un entourage d’entrepreneurs ou salariés mobiles qui travaillent, comme lui, en solo, potentiellement dans d’autres métiers et d’autres secteurs, pour d’autres clients, et avec qui il peut partager des expériences et des outils collaboratifs, trouver de nouveaux contrats et de nouvelles idées de développement pour son activité… Il peut aussi réserver une salle de réunion, accueillir ses clients dans un espace approprié, domicilier son entreprise. Et même se former à des outils nouveaux, assister à des conférences, participer à des événements propices au « réseautage » et à l’échange de cartes de visite.

Le coworking est donc plus qu’un espace de travail partagé : c’est aussi un réseau qui encourage chacun à l’échange pour former une véritable communauté. C’est, en tout cas, une manière de travailler de plus en plus prisée par les jeunes de la génération Y, qui sont nombreux à désirer une autonomie… Sans se couper du monde.

Laurence Despins

Si vous avez lu cet article, vous aimerez aussi...

  • 24.11.2020
  • 0

Le bâtiment, acteur phare de la transition écologique

Actuellement, les bâtiments émettent 20 % des gaz à effet de serre. Le secteur du bâtiment se place donc comme un des principaux acteurs de la transition écologique et énergétique. Pour lui permettre d’évoluer, il faut repenser les méthodes de construction.   Les bâtiments écologiques, la solution face à la pollution atmosphérique   Pour lutter

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez votre laps

Inscrivez-vous pour recevoir le laps, la newsletter bimestrielle de thyssenkrupp.