Mobilité post-COVID : les villes face à la problématique des pistes cyclables

La crise mondiale du Covid-19 a eu des impacts considérables sur nos modes de vie et sur nos façons de nous déplacer. Parmi les changements les plus marquants, celui de l’explosion de l’utilisation du vélo en ville. De nombreux citoyens semblent vouloir garder cette nouvelle habitude, bénéfique pour l’environnement, comme pour leur santé. Les villes, quant à elle, tentent de suivre le mouvement en mettant en place de nouveaux aménagements et notamment de nouvelles pistes cyclables.

 

 

La bataille des pistes cyclables contre les voies routières

 

C’est une véritable bataille qui s’annonce au cœur de nos villes. À la suite du déconfinement, de nombreux cyclistes à la vocation récente souhaitent perpétuer leur usage du vélo et aimerait voir les kilomètres de pistes cyclables, tracés à la hâte, pérennisés dans les agglomérations.

Toutefois, étant donné la configuration des villes française, la cohabitation avec les voitures ne sera pas forcément évidente. En effet, la plupart de nos agglomérations ont été construites avant l’avènement de l’automobile. Elles ne sont donc pas conçues pour accueillir de nombreux véhicules, et encore moins des véhicules différents. Partager l’espace commun semble être difficile pour de nombreux automobilistes qui ne respectent pas forcément les espaces dédiés au vélo.

Les pistes cyclables sont généralement définies par un trait de peinture, parfois insuffisant pour intimer le respect. Les motos, camionnettes et voitures se garent malheureusement souvent dessus. C’est notamment le cas dans Marseille, où les pistes cyclables sont prises d’assaut par les automobiles et motards en manque de place de stationnement. À noter qu’à la suite du confinement, la cité phocéenne a investi 600 000 euros dans la création de pistes cyclables, dont plusieurs sécurisées. Toutefois, certaines ayant été jugées dangereuses à la suite du déconfinement ont été rapidement supprimées. Le directeur général adjoint de la métropole Marseille-Provence, délégué à la mobilité et aux transports a par ailleurs affirmé : « Si ça fonctionne, que la sécurité est au rendez-vous, et si la fréquentation est manifeste, on pérennise ». Quatorze kilomètres de pistes post-Covid ont ainsi été annoncées pour le courant de l’été à Marseille. Une bonne nouvelle pour les voies respiratoires des habitants de la cité phocéenne.

 

L’utilisation du vélo en hausse de 44 % en France

 

En France, la crise sanitaire a vu l’utilisation du vélo augmenter de 44 %, il reste aux villes à s’adapter à cette nouvelle donne. Toutefois, les déplacements à vélo dans la France sont plutôt rares, puisqu’ils ne représentent que 3 % des déplacements. Pourtant, le vélo est un atout santé sur bien des critères. Parmi les bienfaits des déplacements à vélo, les scientifiques estiment que les risques de cancer sont réduits de 45 % et ceux d’être atteints d’une maladie cardiovasculaire de 46 % chez les utilisateurs réguliers de vélo.

Par ailleurs, d’un point de vue financier, le budget annuel d’une voiture est estimé entre 6 900 et 10 000 euros en moyenne, contre 80 à 600 euros pour le vélo.

Enfin, d’un point de vue pratique, les trajets courts de moins de trois kilomètres sont généralement plus vite accomplis à vélo qu’en voiture.

Si vous avez lu cet article, vous aimerez aussi...

  • 09.07.2020
  • 0

Orientation de la mobilité post-COVID : repenser une mobilité propre et écologique

Un impact direct sur la demande et des conséquences drastiques sur l’offre de mobilité La réduction des déplacements à la stricte nécessité (courses alimentaires et trajets domicile-travail) ainsi que la fermeture des frontières ont conduit brutalement un certain nombre de salariés à passer au télétravail et des entreprises à organiser leurs réunions et congrès internationaux

Lire la suite

  • 07.07.2020
  • 0

Quelle mobilité dans un monde post-confinement ?

Voici une question à laquelle il faudra vite répondre : comment se déplaceront les populations après le COVID-19 ? Les mesures de distanciation sociale ont redéfini nos comportements et nos perceptions de distance à l’autre. Les villes vont donc devoir repenser la mobilité et prendre ces données en considération. Ce qui est certain, c’est que

Lire la suite

  • 02.07.2020
  • 0

Mobilité intra-urbaine post-COVID 19 : les nouveaux moyens de se déplacer en ville

Depuis le 11 mai, date du déconfinement, les Français se déplacent à nouveau librement. Toutefois, la crainte de la contamination règne et les habitudes de déplacement ont été bouleversées. Comment les habitants des villes vont-ils au travail aujourd’hui ? Quels nouveaux moyens de transport utilisent-ils ? Les habitudes ont-elles tant changées ? Coup d’œil sur

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez votre laps

Inscrivez-vous pour recevoir le laps, la newsletter bimestrielle de thyssenkrupp.