Les atouts de l’agriculture urbaine pour la ville de demain

L’agriculture urbaine enrichit les villes de ses fonctions sociales, environnementales, pédagogiques et nourricières. Autant d’atouts qui pourraient bien changer en profondeur nos cadres de vie citadins.

Agriculture urbaine, les atouts

Des jardins partagés aux productions maraîchères implantées sur des toitures de sièges sociaux, de la start-up Agricool à l’appel à projets des Parisculteurs, l’agriculture urbaine et périurbaine a aujourd’hui le vent en poupe. Elle doit son succès grandissant à ses multiples atouts face à la croissance urbaine.

Nourrir les citadins

L’agriculture urbaine et périurbaine entend atténuer la très forte dépendance de nos villes de chaînes alimentaires rallongées sous l’effet de la mondialisation. Par exemple, l’Île-de-France n’est autonome alimentairement que pour le blé et le sucre : elle ne répond qu’à 10% de ses besoins en légumes frais. L’objectif des initiatives est de reconnecter les citadins aux territoires ruraux limitrophes, au moyen de circuits courts, et de développer l’agriculture en milieu urbain, sous une forme traditionnelle (en pleine terre) ou avec des moyens « high-tech » (plantations hors-sol).

Restaurer des liens sociaux

Comme les premiers jardins ouvriers de la fin du 19e siècle, les projets actuels d’agriculture urbaine offrent souvent des terrains de socialisation, voire de réinsertion, et un sentiment d’appartenance à un territoire urbain. À Detroit, aux États-Unis, comme à Grande-Synthe, dans le département français du Nord, l’agriculture urbaine joue ainsi, depuis une quinzaine d’années, un rôle puissant dans le regain économique et la transition écologique de ces deux villes sinistrées de l’ère post-industrielle. Elle a également une vocation éducative, et elle crée des emplois.

Végétaliser les villes

L’agriculture urbaine a, enfin, pour atout de rendre les villes plus vertes. Elle améliore le cadre de vie et joue un rôle actif contre le réchauffement climatique et la préservation de la biodiversité. En plantant des arbres fruitiers plutôt que des arbres purement ornementaux, la ville de Berlin fait ainsi, depuis plusieurs années, l’expérience d’une végétalisation urbaine à la fois utile et agréable…

Étant donné le grand nombre de zones bétonnées et de friches industrielles à reverdir, le potentiel de l’agriculture urbaine est immense, et appelle celle-ci à modifier les paysages urbains en profondeur. La ville de demain ne devra-t-elle pas être verte si elle veut survivre ?

 

Laurence Despins

Si vous avez lu cet article, vous aimerez aussi...

  • 19.01.2021
  • 0

9 inventions qui modifient ou modifieront bientôt la mobilité urbaine

Une initiative privée pour des besoins publics En avril 2017, NUMA et Renault lançaient « CityMakers », un programme d’ « open innovation » dédié à la mobilité urbaine. Auto-partage, covoiturage, voitures électriques ou autonomes… Avec CityMakers, les entreprises du secteur comptent réinventer nos villes et améliorer nos transports. De l’optimisation des infrastructures du véhicule

Lire la suite

  • 07.01.2021
  • 0

Les nouveaux modes de transport de la mobilité urbaine

Ils sont maniables et peu encombrants, rapides et ludiques. Les nouveaux modes de transport électriques séduisent de plus en plus de citadins. Mais ils soulèvent aussi quelques questions. Sont-ils sans danger ? Comment les utiliser correctement ? Les infrastructures sont-elles prêtes à accueillir ces innovations ? Le point sur la question, et quelques conseils.  

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez votre laps

Inscrivez-vous pour recevoir le laps, la newsletter bimestrielle de thyssenkrupp.