Bientôt la fin des hypermarchés?

Doit-on s’attendre à la disparition progressive des hypermarchés ? Transition numérique oblige, une révolution des achats alimentaires est en route.

Caddie, c’est fini ! La montée en puissance du e-commerce et la prise de conscience des consommateurs, désireux d’adopter de nouveaux comportements d’achat, pourraient bien avoir raison, dans quelques années, de ces palais de la consommation. Si la tendance se confirme, c’est le visage tout entier de nos villes et de nos moyens de locomotion qui s’en trouvera bouleversé.

Bientôt la fin des hypermarchés ?

Alors que, des années 80 aux années 2000, les hypermarchés ont grignoté le paysage des zones périurbaines et le budget des ménages, les consommateurs, longtemps encouragés à comparer les prix et à fréquenter plusieurs « hypers », sont de plus en plus nombreux, aujourd’hui, à prendre conscience du temps perdu dans les trajets de ravitaillements, de l’argent enfui dans des produits vite périmés, voire d’une forme d’absurdité, faire ses courses devenant plus épuisant, parfois, que travailler.

Les récents scandales sanitaires, écologiques et sociaux ont engendré une crise de confiance. Et voilà que l’e-commerce voit dans le secteur de l’alimentation un nouveau levier de croissance…

Dans le même temps, Internet, nouvel Eldorado pour beaucoup (encore moins cher, encore plus rapide), a rassemblé des communautés résolues à raisonner l’acte d’achat. Il a su fidéliser les adeptes du collaboratif, de la mise en relation et de l’achat groupé, mais aussi du fait-maison. Il a su rendre possibles les circuits courts et faciliter l’achat à la source.

Des enseignes automatisées en Chine

L’heure est donc venue, pour l’hypermarché, de réinventer sa place. Les grands groupes investissent sur son évolution.

Tout ce qui se vend mieux sur Internet est confié aux cybermarchés et à des géants du e-commerce auxquels ils s’allient : Grosbill et Alibaba pour Auchan, Rue du Commerce, Tencent et Yonghui pour Carrefour, Cdiscount pour Casino… L’enseigne Monoprix (Groupe Casino) vient de signer une ambitieuse alliance en osant l’alimentaire express en ligne : elle installe sa boutique sur Amazon.

Les espaces de vente, qui servent déjà de relais pour les commandes, sont appelés à être réaménagés, plus petits, concentrés sur l’alimentaire et la vente d’expériences, favorisant l’échange et la proximité. La place gagnée sera utilisée par de nouveaux services : restauration, divertissement…

En Chine, des enseignes physiques s’automatisent déjà, associant la collecte de données à la reconnaissance faciale et au paiement mobile. Si l’alimentaire n’est pas encore sur le web, le web viendra à l’alimentaire.

Tiphaine Kervaon

Si vous avez lu cet article, vous aimerez aussi...

  • 18.02.2020
  • 0

Découvrez les cinq nouvelles Silicon Valley dans le monde

Avec la considérable et renommée Silicon Valley en Californie, de nombreuses métropoles se transforment pour accueillir des hubs technologiques et dynamiser l’économie de leurs régions. Découvrez cinq nouvelles Silicon Valley ! La Silicon Wadi en Israël Cette zone, concentrée d’industries de hautes technologies, est située dans la plaine côtière israélienne et est reconnue internationalement depuis les

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez votre laps

Inscrivez-vous pour recevoir le laps, la newsletter bimestrielle de thyssenkrupp.