Que faire en cas d’amiante ?

Le diagnostic Amiante est obligatoire en cas de vente ou de location d’un bien immobilier.

Le diagnostic Amiante est obligatoire en cas de vente ou de location d’un bien immobilier. Si le contrôle révèle la présence de ce matériau dangereux pour la santé, voici la marche à suivre.

L’amiante, en raison de ses propriétés isolantes et incombustibles, a été utilisée en construction dans les années 60 à 90, jusqu’à la découverte de sa dangerosité. Depuis 1997, elle est strictement interdite dans les bâtiments neufs.

Le diagnostic Amiante est obligatoire avant toute démolition, vente ou mise en location.

Si le diagnostic conclut qu’il y a une présence d’amiante, à l’abri de l’air, le désamiantage doit être effectué obligatoirement dans les trois ans qui suivent l’expertise. Si l’amiante présente est en contact avec l’air, le désamiantage s’impose dans les meilleurs délais.

Le propriétaire doit obligatoirement faire appel à un professionnel du désamiantage, accrédité par le COFRAC (Comité français d’accréditation).

Confinement et traitement des déchets

Le désamiantage suit plusieurs étapes. Le dépoussiérage et le confinement consistent, d’abord, à isoler les éléments de construction qui contiennent de l’amiante pour éviter la contamination des espaces voisins. Les intervenants sont équipés d’un système respiratoire autonome.

Quand la zone est entièrement étanchéifiée, l’amiante est retirée avec précaution, soit après un encapsulage (pulvérisation d’un produit solidifiant qui « piège » l’amiante), soit après un recouvrement intégral des produits contenant l’amiante.

Chaque élément retiré est emballé hermétiquement. Le nettoyage final revient à aspirer toutes les poussières pour ne laisser aucune trace d’amiante.

Ce n’est qu’à l’issue d’un contrôle ultime, vérifiant que la zone est entièrement décontaminée, que le confinement peut prendre fin.

Les déchets sont livrés à une déchetterie spécialisée dans le traitement de l’amiante. Le propriétaire est tenu, sous peine de sanctions pénales, de détenir un certificat attestant de la bonne gestion de ces déchets dangereux.

Laurence Despins

Si vous avez lu cet article, vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez votre laps

Inscrivez-vous pour recevoir le laps, la newsletter bimestrielle de thyssenkrupp.