Le BIM, la construction en mode collaboratif

Le BIM, nouvel outil collaboratif de conception et de construction des bâtiments, est appelé à être de plus en plus utilisé. Le point sur les atouts de ce process d’avenir.

Le BIM (Building Information Modeling) consiste à concevoir sur un mode collaboratif la maquette d’un bâtiment, modélisée en 3D. Architectes, bureaux d’études, ingénieurs structures, corps de métier : chaque acteur est appelé à intégrer ses apports dans un document partagé. Chargé de la coordination du projet, le BIM manager vérifie l’absence d’interférences, mais aussi la conformité des performances du bâtiment avec les exigences des normes et du cahier des charges, pour des conceptions mieux maîtrisées.

Le BIM, la construction en mode collaboratif

Visualiser et simuler

La visualisation en 3D facilite la détection d’erreurs dès la phase de conception, ce qui fait gagner du temps et épargne des coûts indésirables lors de l’exécution. Mais ce qui fait le principal intérêt du BIM, ce sont les données que renferme le document numérique. « Le BIM donne accès à de grands volumes d’informations, précise Stéphane Lutard, chargé de mission Maquette numérique et Transition énergétique à l’Ordre des Architectes. Il fournit les moyens de procéder à des calculs en temps réel, des recherches, des simulations. C’est donc aussi un puissant outil d’aide à la décision. » Le document numérique reste même utile à l’exploitant du bâtiment, durant toute la durée de vie de la construction, en conservant toutes ses caractéristiques techniques, jusqu’aux manuels d’utilisation des équipements.

Durant les phases de conception et d’exécution, le BIM manager occupe un rôle central. Il définit une convention qui fixe les règles d’utilisation et les niveaux de précision à respecter durant le projet. « Ces exigences doivent être définies le plus tôt possible, lors de l’appel d’offre, souligne François Triboullier, Process Line Manager Nouvelles Installations de thyssenkrupp Ascenseurs France, car le temps passé à intégrer les informations au BIM a un coût qui peut être sous-estimé, au départ. » Le BIM manager doit aussi organiser la production des données. Or, tous les corps de métiers n’utilisent pas les mêmes logiciels de maquette numérique…

Se former et s’équiper

Cependant, malgré la complexité que requiert parfois son organisation, l’usage du BIM s’étend progressivement. « Naguère cantonné à de très grosses agences, le BIM est utilisé aujourd’hui par des cabinets d’architectes de 15 à 20 personnes, » informe Stéphane Lutard. Il reste que de nombreuses entreprises ne sont pas encore formées et équipées. « C’est un service coûteux, qui demande une organisation particulière, renchérit Régis Grandpierre, responsable Ingénierie Nouvelles Installations au Customer Service Center (CSC) de thyssenkrupp Ascenseurs France. thyssenkrupp a la structure pour produire des modèles BIM, mais d’autres entreprises, pas toujours. »

Investir dans le BIM devrait cependant apparaître à beaucoup comme une opération rentable, tant le potentiel de l’outil est élevé. Car, au-delà des enjeux d’efficacité et de productivité, le BIM a aussi un rôle à jouer dans la commercialisation des projets. « Grâce à la visualisation 3D et au casque virtuel, le client peut s’immerger dans un bâtiment », note Stéphane Lutard. Rendre un projet visualisable par tous, des plus aguerris aux plus néophytes, dans son ensemble ou bien morceau par morceau, par des extractions 2D et 3D, le BIM peut décidément tout faire. Même faire rêver !

Laurence Despins

Si vous avez lu cet article, vous aimerez aussi...

  • 16.09.2020
  • 0

Les ascenseurs thyssenkrupp s’adaptent aux mesures sanitaires engendrées par le COVID-19

Dans le contexte de pandémie actuel, thyssenkrupp Elevator se veut le fer de lance de l’innovation post-COVID dans le secteur de la mobilité interne aux bâtiments. thyssenkrupp lance donc des technologies d’avenir. L’objectif ? Offrir une expérience de mobilité plus confortable et plus sûre à tous ses utilisateurs. Comment ? En se concentrant sur trois

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez votre laps

Inscrivez-vous pour recevoir le laps, la newsletter bimestrielle de thyssenkrupp.