Quand parle-t-on de vétusté pour un ascenseur ?

Dans le monde des ascenseurs, la vétusté d’un appareil ne doit pas être confondue avec l’usure de certaines pièces. Focus sur une notion importante à connaître.

Quand parle-t-on de vétusté pour un ascenseur ?

Pour bien dialoguer avec son ascensoriste, il importe de bien connaître la différence entre les notions d’usure et de vétusté, car des pièces « usées » peuvent être remplacées sans frais dans le cadre d’un contrat de maintenance tandis que ce ne sera pas le cas pour des pièces dites vétustes.

Des pièces de l’ascenseur – par exemple, les mâchoires de frein ou le dispositif mécanique de réouverture des portes de la cabine – sont dites « usées » par le temps dans le cadre d’une utilisation normale de l’ascenseur. Elles peuvent alors, si le contrat de maintenance de l’appareil le prévoit, être remplacées sans frais.

Attention, elles ne le sont pas si leur dégradation est due à un acte de vandalisme, à une mauvaise utilisation, à un sinistre, ou à un devoir de mise en conformité par le propriétaire.

Des âges limites

La norme AFNOR FD P 82-022 définit la « vétusté » comme l’état de ce qui est dégradé par le seul effet de l’âge, indépendamment de l’usage qui en est fait.

Ce qui exclut, par principe, de cette prise en charge possible les composants électroniques (tels que les cartes électroniques) de plus de 10 ans, les pièces électromécaniques (telles que les moteurs de portes) de plus de 20 ans et les pièces mécaniques (telles que le treuil) de plus de 30 ans. Cela signifie que si des pièces aussi anciennes doivent être changées, elles ne peuvent pas être remplacées sans frais, car elles sont considérées comme vétustes et non pas simplement « usées ».

Tout contrat de maintenance peut néanmoins être négocié et étendre les prises en charge. Attention cependant : une pièce ne pourra pas être remplacée sans surcoût par un nouveau composant plus évolué technologiquement, car les remplacements s’effectuent à fonctionnalité équivalente.

D’autre part, des réparations à répétition, prises en charge dans le cadre du contrat de maintenance, ne suffisent jamais à remettre complètement à neuf une pièce manifestement vétuste qui doit, en définitive, être remplacée, ce qui induit alors un achat en-dehors du contrat, sur devis de l’ascensoriste.

Laurence Despins

Si vous avez lu cet article, vous aimerez aussi...

  • 14.01.2021
  • 0

Mobilité urbaine et transports : deux axes complémentaires, mais différents

Mobilité et transport sont souvent considérés comme deux synonymes en matière de politique urbaine. Cependant, le développement de nos métropoles démontre qu’il s’agit d’une conception trop étriquée. Pour répondre aux enjeux de nos villes modernes, il faut repenser la question de la mobilité en y incluant notamment les nouveaux modes de transport, des besoins en

Lire la suite

  • 05.01.2021
  • 0

7 bonnes raisons de devenir écolo !

Des hivers et des étés de plus en plus chauds, des rivières asséchées, des milliers d’espèces disparues, l’acidification des océans, des déchets partout… Il est temps de changer nos habitudes ! Chacun, à son échelle, a un impact climatique.   Le dérèglement climatique et ses conséquences s’intensifient Depuis une vingtaine d’années, les inondations spectaculaires, les

Lire la suite

  • 26.11.2020
  • 0

Des solutions existent face à la pollution plastique des océans

L’accumulation des déchets plastique dans les océans est telle qu’il existe aujourd’hui un « 7ème continent ». Bien que l’innovation technique nous permette dorénavant de lutter contre ce fléau, tous les scientifiques sont unanimes : la meilleure réponse ne consiste pas à filtrer la mer, mais à changer nos comportements.     La pollution plastique

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez votre laps

Inscrivez-vous pour recevoir le laps, la newsletter bimestrielle de thyssenkrupp.