Ascenseur maison

L’ascenseur de maison, que l’on appelle également ascenseur domestique, élévateur de personne ou ascenseur privatif, répond à un besoin de mobilité et d’autonomie des occupants. Pouvant accueillir une personne en fauteuil roulant et jusqu’à quatre personnes selon la capacité d’accueil de la cabine, cet équipement s’adapte parfaitement à toutes sortes de configurations ainsi qu’aux attentes des utilisateurs, tout en se déclinant dans une multitude de design — style contemporain ou classique, éclairage intense ou tamisé, forme de cabine atypique, etc. L’ascenseur de maison constitue à ce titre un vrai bénéfice de praticité et de confort, d’où son succès croissant auprès des particuliers.  

Ascenseur maison

Les raisons d’opter pour un ascenseur de maison 

L’idée de recourir à l’installation d’un ascenseur de maison peut être justifiée par plusieurs raisons :  

  • Pour des questions de praticité et de confort. En effet, pouvoir accéder aux chambres situées à l’étage supérieur par le biais d’un ascenseur apporte un confort non négligeable à l’habitat. Et cela est d’autant plus vrai pour des habitations disposant d’un vaste espace de vie. 
  • Pour valoriser un bien immobilier. Outre un accès facilité aux différents niveaux, l’installation d’un ascenseur revêt des atouts indéniables comme celui d’augmenter la valeur nette de votre bien de l’ordre de 20 % en moyenne.  
  • Pour adapter le logement à une situation de vieillissement ou de handicap. Dans ce contexte-ci, l’installation d’un ascenseur permet aux occupants, personnes âgées et personnes souffrant d’un handicap — c’est-à-dire les personnes à mobilité réduite (PMR) — d’être maintenus à leur domicile malgré la barrière des étages à franchir. Des solutions standardisées ou sur-mesure peuvent alors être apportées, et ce, quelle que soit la nature du projet, qu’il s’agisse d’un remplacement, d’une modernisation de l’existant ou d’une création d’ascenseurs.  

Ascenseur de maison : prix, choix d’installation, types et modes de fonctionnement 

Les ascenseurs de maison diffèrent quelque peu des ascenseurs dits classiques, que l’on retrouve par exemple au sein des bâtiments commerciaux, des structures publiques et des copropriétés. Loin d’être exhaustifs sur le sujet, nous avons voulu rassembler dans cette partie quelques éléments de réponses aux questions les plus posées. 

Combien coûte un ascenseur pour particulier ? 

Le prix d’un ascenseur comprend le coût de l’équipement, de la main d’œuvre liée à l’installation et du contrat de maintenance pour l’entretien. En intégrant la pose, un ascenseur pour particulier coûte à partir de 18 000 euros, auquel il faut ajouter environ 3 000 euros par étage supplémentaire. Enfin, dans le coût global, il convient également de prévoir les frais d’énergie, ainsi que les assurances à souscrire. 

Faut-il un ascenseur de maison intérieur ou extérieur ? 

Quel que soit le type d’ascenseur à installer, une étude sérieuse doit être effectuée par un professionnel du secteur de manière à sonder les spécificités du logement concerné, comme sa configuration et ses caractéristiques, etc. Cela permettra, entre autres choses, de déterminer les bonnes dimensions requises et les emplacements possibles — intérieur comme extérieur — lorsque plusieurs solutions sont admises.  

Sachez qu’en intérieur, les modèles d’ascenseurs (hydrauliques ou électriques), malgré un encombrement certain, s’harmonisent assez bien avec le décor existant. S’agissant de leur emplacement, ces derniers peuvent venir remplacer un escalier déjà en place, à condition toutefois qu’un autre moyen de sortie existe. S’il n’en existe aucun, l’appareil pourra être installé dans un angle ou le long d’un mur selon sa configuration. Toutefois, il arrive parfois qu’une installation en intérieur ne soit pas envisageable — par manque d’espace souvent.  

Dans ce cas, il est alors possible d’étudier une installation par l’extérieur. Contrairement aux idées reçues, cette solution n’est pas plus complexe que la précédente, mais nécessite une étude différente. Néanmoins, outre l’aspect sécuritaire et le confort, pour que le résultat soit convaincant en extérieur, il faudra être vigilant quant au design de l’appareil afin que ce dernier s’associe parfaitement avec son environnement. 

Quels sont les différents types et modes de fonctionnement des ascenseurs de maison? 

On peut noter deux types de structures pour un ascenseur à usage particulier :  

  • la structure à gaine maçonnée, d’où l’appellation « ascenseur à gaine », qui s’appuie sur un mur porteur existant. Au sein même de cette gaine se trouve la cabine qui va et vient selon la demande de l’utilisateur. Ce type de structure ne peut être effectif que si l’architecture du logement le permet ;  
  • la structure autoportante qui repose sur un pylône autoporteur généralement fabriqué en métal. Cette solution est souvent admise lorsqu’aucun mur porteur n’est viable ou que le projet nécessite une installation à l’extérieur, laquelle exige une zone d’arrivée spécifique par exemple. 

Quant aux modes de fonctionnement, il en existe deux : 

  • l’ascenseur privatif électrique. Celui-ci dispose d’un contrepoids et d’un moteur électrique se chargeant de l’élévation de l’appareil. L’ascenseur électrique consomme moins d’énergie qu’un ascenseur hydraulique. Les modèles électriques se distinguent en fonction de leur technologie : à adhérence avec poulie, avec treuil à tambour, sans treuil ; 
  • l’ascenseur privatif hydraulique. Celui-ci est plus confortable que son homologue grâce à des déplacements moins saccadés notamment. Il est également plus silencieux et plus simple à entretenir, mais reste plus énergivore. Lors de l’installation, il faut prévoir un local ou lieu pour la centrale. 

Aspect réglementaire de l’ascenseur privatif  

Le marché de l’ascenseur, qu’il concerne les professionnels ou les particuliers, est régi par un cadre réglementaire très strict. C’est pourquoi, quels que soient la marque et le modèle de l’appareil, ce dernier doit être en parfaite conformité avec les normes européennes. En effet, depuis la nouvelle directive 2006/42/CE, les fabricants doivent obligatoirement fournir une déclaration de conformité et obtenir de surcroît une attestation d’examen, cela même avant la mise en vente de l’ascenseur.  

Les ascenseurs de maisons suivent d’autres règlementations : lanorme EN 81-41 – Directive Machine 2006/42/CE pour les élévateurs verticaux et la norme  EN 81-40 pour les élévateurs obliques et les ascenseurs DIRECTIVE 2014/33/UE. Pour votre sécurité, vérifiez que les appareils qui vous sont proposés sont conformes à la norme EN 81-41. Cette norme est le gage de votre sécurité mais également de la fiabilité et de la durabilité de votre investissement. 

Pour information, la norme CE impose la présence de plusieurs systèmes de sécurité ; il faut notamment que l’ascenseur intègre, entre autres, un interphone au panneau de commande, qu’il bénéficie d’une ventilation de l’air à l’intérieur de la cabine et qu’un système de contrôle de vitesse soit intégré. 

Obligation de maintenance 

En tant que propriétaire de votre ascenseur, vous êtes dans l’obligation de faire procéder par un technicien qualifié à une maintenance annuelle ou plus suivant l’usage. Celle-ci sera l’occasion de passer un certain nombre de composants en revue et de constater l’état de fonctionnement général de votre équipement. C’est pourquoi l’ascensoriste s’occupant de l’installation vous proposera un contrat de maintenance au sein duquel seront mentionnées les modalités d’entretien dudit ascenseur afin que ce dernier conserve le même niveau de performance tout au long de son cycle de vie. 

Clauses du contrat de maintenance 

Le contrat de maintenance devra obligatoirement faire apparaître un certain nombre de clauses comme le coût du contrat, l’ensemble des prestations souscrites, les conditions de résiliation, la durée du contrat, les modalités de disponibilités des pièces de rechange ainsi que toutes les clauses relatives aux pannes : dépannage, remise en service et déblocage des personnes en cabine, etc. 

Types de contrat de maintenance 

Comprenez que le « niveau d’entretien » des élévateurs (appareils ayant une vitesse inférieure à 0,15M/s), dépend du cadre réglementaire mis en œuvre : ERP, Code du Travail, Habitation individuelle ou collective. 

Si l’appareil est installé dans un établissement assujetti au Code du travail ou qu’il est assimilé à un équipement de travail, le chef d’établissement doit respecter l’article R4322-1 du Code du travail. Cet article implique que la maintenance soit faite en respectant les instructions du fabricant y compris concernant la fréquence des opérations. 

Si l’appareil n’est pas installé dans un établissement assujetti au Code du Travail (maison individuelle par exemple), il n’y a pas de texte réglementaire encadrant les obligations de maintenance si ce n’est les obligations générales du « gardien de la chose ». 

Comment financer son ascenseur privatif ? 

L’installation d’un ascenseur privatif reste un investissement pour le moins onéreux. Pour vous aider à finaliser votre projet, sachez que des aides peuvent vous être attribuées. 

Le crédit d’impôt 

Jusqu’au 31 décembre 2023, vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt de 25 % du montant total de votre investissement pour un élévateur ou un monte-escaliers lors de l’installation ou du remplacement (ces appareils devant remplir un certain nombre de conditions)Ce dernier est plafonné à 5 000 euros pour une personne célibataire, veuve ou divorcée et à 10 000 euros pour un couple soumis à imposition commune. Ce dernier est majoré de 400 euros par personne à charge. 

Pour y être éligible, plusieurs conditions devront être remplies : il doit s’agir de votre résidence principale (le domicile doit être situé en France), la vente et la pose de l’équipement doivent avoir été réalisées par la même entreprise. 

Les subventions 

Plusieurs organismes d’aide sociale octroient sous conditions des subventions pour le maintien à domicile. C’est le cas notamment de l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat (Anah) qui accorde une subvention pour des travaux d’adaptation à une situation de vieillissement ou de handicap. Pour y prétendre, il faut obligatoirement présenter un dossier, lequel doit comporter les informations relatives à votre situation (revenus, âge, situation de handicap, etc.), à votre logement, auxdits travaux (coûts, types de travaux), etc. Si votre dossier est retenu, l’aide financière sera versée après les travaux sur présentation des factures. 

Vous pouvez également vous renseigner au sujet de l’aide personnalisée à l’autonomie (APA) et de la prestation de compensation du handicap (PCH) qui sont toutes deux gérées par le Conseil général de votre département. 

La TVA réduite 

Pour l’installation ou la rénovation d’appareils destinée à accroître la mobilité des personnes âgées ou des personnes en situation de handicap à leur domicile, le taux de TVA est de 5,5 %. Pour plus de détails quant aux conditions d’application de la TVA réduite à 5,5 %, il convient de se référer aux articles 30-0 C et 278-0 bis du Code général des impôts. 

Si vous avez lu cet article, vous aimerez aussi...

  • 16.03.2021
  • 0

Qu’est la deep tech ? Zoom sur l’innovation de rupture

La deep tech désigne les nouvelles technologies de pointe développées par certaines start-ups. Ces innovations sont susceptibles d’apporter des avancées radicales dans le domaine de la santé ou encore de la lutte contre le réchauffement climatique. Depuis 2019, la « deep tech » fait l’objet d’un plan de développement lancé par Bpifrance. En effet, elle

Lire la suite

  • 09.03.2021
  • 0

L’avenir de nos villes est rural

La campagne est-elle l’avenir de nos villes ? Le rural est-il aussi endormi qu’on le prétend parfois ? Un nouvel horizon enthousiasmant et inspirant s’ouvre sur l’avenir des villes et cet horizon se tourne résolument vers ce que l’on appelle le rural. L’exode citadin, la nouvelle étape des déplacements de population ? Pour le moment,

Lire la suite

  • 15.02.2021
  • 0

Contrat de maintenance

Le contrat de maintenance est en quelque sorte le cadre juridique au sein duquel l’entretien de l’ascenseur va pouvoir s’exercer. Il constitue à ce titre un élément fondamental qu’il ne faut ni négliger ni méconnaître afin de garantir le bon fonctionnement de l’appareil tout au long de son cycle de vie. Pour mieux le comprendre,

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez votre laps

Inscrivez-vous pour recevoir le laps, la newsletter bimestrielle de thyssenkrupp.