Escaliers mécaniques

Utilisés en intérieur comme en extérieur, dans des espaces publics ou commerciaux, les escaliers mécaniques n’ont jamais été aussi populaires qu’aujourd’hui. Et pour cause, ils constituent un moyen de mobilité efficace pour accueillir un flux de personnes important et se mouvoir en toute sécurité. Pour mieux comprendre leur environnement — technique et réglementaire — mais aussi pour avoir un meilleur aperçu de leurs avantages, nous avons souhaité vous énumérer quelques points indispensables qui vous feront certainement progresser dans votre réflexion.

Escaliers mécaniques

 

L’escalier mécanique et son histoire

Ce qui n’était qu’au départ qu’une simple attraction est devenue finalement un moyen de mobilité incontournable de notre société postmoderne. En effet, l’escalier mécanique, aussi appelé escalier roulant, tapis roulant ou encore escalator, fut mis en service pour la première fois en 1898 au Crystal Palace où il était possible d’y effectuer quelques tours pour un penny seulement…

Puis, présenté lors de l’Exposition universelle de 1900, ce dernier connut ensuite une ascension fulgurante si bien qu’il révolutionna la mobilité au sein des grands magasins, des gares et aéroports de l’époque. Aujourd’hui encore, peu de bâtiments — privés ou publics — peuvent s’en affranchir tant les escaliers mécaniques favorisent la bonne circulation des foules et raccourcissent les trajets dans les métros et aéroports notamment.

Un escalier mécanique pour quoi faire ?

Si vous êtes propriétaire d’un bâtiment à vocation commerciale, il est fort probable que vous ayez besoin d’intégrer en son sein des moyens de mobilité performants pouvant transporter les visiteurs d’un point A à un point B. L’escalier mécanique, tout comme le trottoir roulant d’ailleurs, est à ce titre un excellent moyen de transport afin d’optimiser la circulation de la clientèle au sein d’un bâtiment commercial.

Mais plus que de réguler le trafic, une telle installation permet d’augmenter le taux de fréquentation du bâtiment en général, et notamment des étages supérieurs, en les rendant plus accessibles — bien plus que s’ils étaient équipés d’escaliers fixes ou d’ascenseurs. Ainsi, l’installation d’un escalier mécanique a donc pour effet direct d’accroître de manière substantielle le chiffre d’affaires en offrant d’une part une très grande capacité d’accueil et en guidant de manière continue le flux de personnes, mais aussi en assurant une fréquentation régulière de tous les étages, ce qui est particulièrement appréciable lors de fortes affluences — en fin d’année par exemple.

Dans le transport public, les escaliers mécaniques jouent également un rôle fondamental dans l’optimisation du transport de masse. Avec des contraintes de trafic beaucoup plus dense et une plage de fonctionnement plus étendue que celles des centres commerciaux, les transports publics (gare, métro, aéroport) nécessitent des appareils plus robustes dont la capacité de transport, entre autres, peut accueillir plusieurs milliers de personnes par heure.

Combien de temps faut-il compter pour bénéficier d’un escalier mécanique ?

Pour ce faire, il convient de distinguer le temps de fabrication de l’escalier mécanique du temps d’installation proprement dit.

S’agissant du premier, tout dépend évidemment des constructeurs… thyssenkrupp par exemple fabrique une grande partie de ses escaliers mécaniques en Espagne et en Allemagne, permettant ainsi aux clients de bénéficier d’un savoir-faire et d’une ingénierie des plus réputées. La proximité permet de facto un délai d’approvisionnement le plus court du marché.

Par conséquent, cela permet à thyssenkrupp d’être particulièrement réactif — ce qui s’est avéré notamment très utile lors de la crise sanitaire. Dans ces conditions précises, il faut compter en moyenne entre 10 et 16 semaines de fabrication.

Quant à l’installation d’un escalier mécanique, celle-ci peut être faite rapidement : en un week-end généralement selon la nature du projet et sa complexité.

 

Quel est le prix d’un escalier mécanique ?

Tout dépend évidemment du modèle et de la complexité du projet. De manière générale, un escalator peut représenter un budget compris entre 60 000 et 500 000 €.

Pour obtenir un chiffrage précis, il est nécessaire au préalable de bien planifier le chantier sur la base, par exemple, des spécifications techniques et du plan d’agencement du projet, entre autres. Qui plus est, le transport de l’escalier mécanique — de l’usine de fabrication jusqu’à sa destination — ainsi que son intégration au sein dudit bâtiment doivent être parfaitement calibrés afin de réduire les coûts de construction.

Bon à savoir : thyssenkrupp est présent dans tous les segments de projets : infrastructure (gares, métros, aéroports) et commerce (centres commerciaux, immeubles de bureaux, etc.). Sa grande expérience terrain et son savoir-faire unique, issu de l’ingénierie allemande, lui permettent d’avoir une certaine souplesse pour créer des projets atypiques sur mesure.

Étendre le cycle de vie de son escalier mécanique grâce à la modernisation

Comme tout appareil un tant soit peu sophistiqué, l’escalier mécanique peut connaître au fil du temps quelques dysfonctionnements ; il est alors dans ce cas grand temps de remplacer certains composants pour améliorer son taux de disponibilité.

Mais plus encore, les travaux dits de modernisation ne sont pas spécifiquement liés aux pannes, ils concernent également l’amélioration générale du système afin que ce dernier réponde aux nouvelles normes en vigueur, augmente le confort des usagers ou réduise les dépenses énergétiques, entre autres.

Enfin, la modernisation, en dehors des économies (financières et gain de temps) évidentes qu’elle procure en comparaison d’un remplacement intégral, permet d’étendre le cycle de vie de l’appareil, faisant ainsi d’elle l’option la plus écologique.

L’escalier mécanique : des normes contraignantes

Tout comme le marché de l’ascenseur, celui régissant les escaliers mécaniques est régi par un cadre réglementaire très strict qu’il convient de couper en deux catégories : celui concernant les nouvelles installations et celui encadrant les installations dites existantes.

Les nouvelles installations : la norme 115-1

L’installation et la sécurité concernant la construction des escaliers mécaniques sont définies par la norme européenne EN 115-1 et la directive européenne relative aux machines (2006/42/CE). Celles-ci traitent de tous les phénomènes dangereux des escaliers mécaniques et trottoirs roulants lorsque ces derniers sont utilisés conformément à l’usage prévu ainsi qu’en cas d’utilisations inappropriées. Il s’agit, entre autres, de statuer aussi bien sur les spécifications du matériel en lui-même, mais également du matériel dans l’environnement où il est installé pour permettre un usage en toute sécurité.

Les installations existantes : la norme 115-2

La norme EN 115-2 définit des règles afin d’améliorer la sécurité des escaliers mécaniques existants, cela pour qu’ils puissent atteindre un niveau de sécurité au moins équivalent à celui des escaliers mécaniques fraîchement installés. La présente norme concerne aussi bien les usagers et le personnel de maintenance que les personnes se trouvant à proximité desdits escaliers.

Concrètement, elle évalue les risques et catégorise de ce fait diverses situations dangereuses qu’il conviendra au propriétaire et à l’entreprise chargée de la maintenance des installations de traiter par des mesures correctives si besoin est. Parmi ces situations, nous retrouvons :

  • Le glissement sur les marches, les plateaux, la bande (très rare), la zone d’entrée et de sortie de l’escalier mécanique. Pour réduire ce risque, il est nécessaire que les surfaces de foulée (marches et plateaux notamment) et les zones d’entrée et de sortie soient antidérapantes ;
  • Le coincement entre la plinthe et les marches. Des déflecteurs de plinthe, appelés aussi « brosses », sont dans ce cas conseillés.
  • L’absence de marche ou de plateau est un risque majeur qui doit être traité par des dispositifs permettant d’en contrôler l’absence ;
  • L’arrêt ou le redémarrage impossible de l’appareil. Pour ce faire, il convient d’installer un second dispositif indépendant en cas de défaillance du premier contacteur ;
  • La chute due à une distance d’arrêt trop courte et la chute dans la zone d’accès pouvant faire basculer un utilisateur par-dessus la balustrade. Dans le premier cas, il s’agit de prévoir un système de freinage adéquat, dans le second cas, il convient d’augmenter la hauteur de la structure de la zone d’accès ;
  • L’installation de dispositifs anti-escalade sur les bords (ou plats-bords) extérieurs de l’escalier mécanique ;
  • Un espace et un éclairage insuffisants dans la zone de travail — station d’entraînement ou de renvoi ;
  • L’absence de bouton d’arrêt d’urgence dans la zone de travail ;

Etc.

Point sur l’arrêté du 8 décembre 2014 en cas d’installation existante dans un bâtiment ERP.

L’arrêté du 8 décembre 2014 remplace l’arrêté du 21 mars 2007, et constitue, depuis le 1er janvier 2015, le référentiel des mesures d’accessibilité applicables à tous les ERP existants.

Celui-ci fixe « les dispositions prises pour l’application des articles R. 111-19-7 à R. 111-19-11 du code de la construction et de l’habitation et de l’article 14 du décret n° 2006-555 relatives à l’accessibilité aux personnes handicapées des établissements recevant du public situé dans un cadre bâti existant et des installations existantes ouvertes au public ».

Dans son article 8, section II — atteinte et usage —, il est stipulé que « le départ et l’arrivée des parties en mouvement sont mis en évidence par un contraste de couleur ou de lumière. » À ce titre, thyssenkrupp peut ajouter une LED dans les interstices de marches aux extrémités haute et basse, ou mettre en place des peignes jaunes afin de créer le contraste demandé dans cet arrêté.

Obligation de maintenance des escaliers mécaniques

Comme pour les ascenseurs, l’escalier roulant est muni de plusieurs composants ayant chacun un cycle de vie déterminé. Ainsi, que ce soit les marches, les plateaux, les rampes d’appui (appelées également les mains courantes) ou certains dispositifs comme le détecteur de présence — dispositif permettant à l’appareil de tourner « au ralenti » en cas de non-utilisation —, tous sans exception ont besoin à un moment donné d’être révisés ; cela pour prévenir le phénomène de pannes répétitives, mais aussi pour garantir une parfaite sécurité de l’appareil tout au long de son cycle de vie.

Par conséquent, l’ascensoriste, conformément aux normes en vigueur et avec l’accord de son client, délivre un contrat de maintenance personnalisé adapté à chaque type d’usage. À ce sujet, thyssenkrupp propose un service de maintenance révolutionnaire nommé MAX qui permet de détecter des pannes avant même qu’elles ne se produisent. Cela est rendu possible par des technologies de pointe imaginées par les ingénieurs de thyssenkrupp et de Microsoft, leur partenaire.

Concrètement, cela se matérialise par l’installation d’une box au niveau de l’automate de l’escalier mécanique. Une fois ce module installé, ce dernier vient ainsi récolter tout un tas d’informations sur l’escalier mécanique, permettant ainsi d’enrichir la base de données du système. De cette manière, et de façon totalement automatique, ledit système sera en mesure d’isoler certains composants dont le fonctionnement semble anormal afin que le technicien, lors de sa prochaine visite de maintenance, puisse y apporter les bons réglages ou à défaut le remplacer avant l’apparition d’un dysfonctionnement majeur.

Si vous avez lu cet article, vous aimerez aussi...

  • 11.03.2021
  • 0

TK Elevator installe 8 ascenseurs TWIN dans la tour Trinity à La Défense, un projet exceptionnel conçu par l’architecte Jean-Luc Crochon

Les ascenseurs TWIN offrent une vue panoramique sur le quartier de La Défense et constituent une première installation en exclusivité mondiale pour TK Elevator. TK Elevator (ex thyssenkrupp Elevator), acteur majeur mondial sur le marché des ascenseurs et des escaliers mécaniques, annonce l’installation de 2 escaliers mécaniques et 16 ascenseurs dont 8 TWIN dans la

Lire la suite

  • 15.02.2021
  • 0

Portes automatiques

Chaque jour, des millions de personnes se déplacent par l’intermédiaire d’escaliers mécaniques, de trottoirs roulants, d’ascenseurs et franchissent des portes automatiques de toutes sortes : coulissantes, battantes, à tambour, etc. Ces dernières, faisant pleinement partie de la mobilité urbaine, sont au cœur de nombreux secteurs d’activité — commerce, hôtellerie, restauration, santé, tertiaire, habitat, etc. —, et

Lire la suite

  • 15.02.2021
  • 0

Escalator

Considéré, fin du XIXe siècle, comme une simple attraction, l’escalator a depuis beaucoup évolué si bien qu’il est aujourd’hui difficile de s’en passer tant ses avantages sont nombreux. Toutefois, investir dans un tel équipement requiert une étude minutieuse pour satisfaire les exigences du cahier des charges — exigences à la fois techniques, financières et esthétiques, entre

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez votre laps

Inscrivez-vous pour recevoir le laps, la newsletter bimestrielle de thyssenkrupp.