Sarlat, son foie gras truffé et… son ascenseur panoramique

En Dordogne, un ascenseur panoramique vitré, au sommet de l’ancienne église de Sarlat, fait découvrir la beauté des paysages du Périgord Noir.

Si vous visitez Sarlat-la-Canéda, capitale du Périgord Noir, en Dordogne, ne manquez pas l’ascension du Belvédère de l’ancienne église Sainte-Marie, à bord d’un ascenseur panoramique vitré, sans toit. Cet appareil hors du commun offre une vue somptueuse sur les toits de lauzes de la cité historique, à une trentaine de mètres de hauteur.

Ce n’est autre que l’architecte Jean Nouvel qui a imaginé cette plate-forme élévatrice dédiée à la seule contemplation du paysage périgourdin.

En 2000, l’architecte est chargé de la réhabilitation complète de l’ancienne église, construite en 1365, désaffectée à la Révolution française, parcellisée en 1815 et mutée en hôtel des postes puis en dispensaire. Sur commande de la municipalité, il la dote d’abord de deux portes monumentales en acier et la transforme en marché couvert.

Depuis 2012, l’édifice restauré constitue l’une des nombreuses attractions de la ville grâce à l’installation de cette plate-forme panoramique, ouverte aux touristes toute l’année.

Un appareil très contrôlé

« L’originalité de l’ascenseur tient à cette plate-forme ouverte à l’air libre, installée sur le toit même de la cabine, explique Jérôme Lhomet, Responsable Service Client au sein de l’agence limousine de thyssenkrupp Ascenseurs. Six personnes peuvent s’y tenir debout, le temps d’arriver au sommet du belvédère et d’y rester quelques minutes afin de découvrir le paysage à travers les parois vitrées et d’écouter les explications du guide. »

L’agence thyssenkrupp Ascenseurs de Limoges, chargée de la maintenance de cet ascenseur unique en son genre, effectue des contrôles réguliers de l’appareil.

S’y ajoute, une fois par an, un examen complet du système : « La plate-forme étant ouverte, elle est soumise aux intempéries, souligne Jérôme Lhomet, ce qui amplifie les causes d’usure. En outre, l’appareil est très sollicité : il fonctionne sans arrêt, de 9h30 à 20h – sauf en cas de pluie – en période touristique, d’avril à octobre. Chaque année, des pièces sont remplacées : rollers, câbles… »

La maintenance inclut le contrôle et l’entretien d’un deuxième ascenseur, installé parallèlement au premier et dédié à l’évacuation des personnes en cas de problème.

« Au sommet du clocher, précise Jérôme Lhomet, les passagers peuvent passer de la plate-forme ouverte à cet ascenseur de secours, grâce à une porte latérale placée sur chacune des deux cabines, et redescendre au pied de l’ancien clocher. Une sorte de passage secret moderne !

Laurence Despins

Si vous avez lu cet article, vous aimerez aussi...

  • 17.09.2019
  • 0

À Paris, le futur quartier de Maine-Montparnasse dévoilé

À la fin de l’année 2018, une consultation internationale d’urbanisme avait été lancée pour réaménager le site Maine-Montparnasse. Le 11 juillet 2019, la Ville de Paris a présenté officiellement le projet retenu. Découvrons dès à présent les détails du nouveau quartier prévu pour 2030. Maine-Montparnasse, un quartier qui transforme la mobilité Le lauréat est le

Lire la suite

  • 15.08.2019
  • 0

La ville de Dijon s’impose comme un modèle de ville intelligente

De plus en plus de métropoles en France désirent devenir des « smart city », définies comme des villes agréables, économes en énergie, écologiques, en utilisant les technologies de l’information et de la communication. Zoom sur Dijon, déjà une référence en France. Dijon, nouvelle ville intelligente Ville chef-lieu de la région Bourgogne-Franche-Comté, la métropole de Dijon est

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez votre laps

Inscrivez-vous pour recevoir le laps, la newsletter bimestrielle de thyssenkrupp.