À Romainville, la première tour maraîchère de France

Née à Singapour et au Japon, l’agriculture urbaine fait ses premiers pas en France. En 2019, la première tour maraîchère de l’Hexagone cultivera ses premiers semis à Romainville (93). Un exemple pour les villes du futur.

À Romainville, la première tour maraîchère de France

À Romainville, la Cité Maraîchère en cours de construction se compose de deux bâtiments contigus de 14 et 26 mètres de haut dans lesquels pousseront des champignons en sous-sol et des fruits et légumes dans les étages.

Le projet, destiné à ouvrir ses portes en 2019, dans le quartier Marcel-Cachin, est porté par la municipalité depuis 2011. Inscrit dans un plan de rénovation urbaine, le bâtiment fait déjà figure de modèle innovant pour des tissus urbains de plus en plus resserrés et éloignés des espaces agricoles.

L’édifice, dessiné par l’agence d’architecture Ilimelgo, se présente comme une double serre verticale de plusieurs niveaux. Il abritera, outre l’exploitation maraîchère, un centre de ressources permettant de mener des actions de sensibilisation et de pédagogie, et de proposer des offres de formations techniques à l’agriculture urbaine. Il accueillera également un espace de vente, de restauration et dédié à l’organisation d’événements.

12 tonnes de fruits et légumes par an

La Cité Maraîchère a pour vocation de favoriser le développement d’une nouvelle filière économique, créatrice d’emplois, et de sensibiliser les citadins à l’alimentation durable.

Si le projet ne vise pas l’autosuffisance alimentaire de la ville, l’objectif est tout de même de produire 4 tonnes de champignons et 12 tonnes de fruits et légumes par an, soit la consommation annuelle de 200 familles. La récolte sera distribuée en circuit court, au détail ou sous forme de paniers.

Les produits ne seront pas labellisés « agriculture biologique » car ils ne pousseront pas en pleine terre. Néanmoins, dans un souci de respect de l’environnement, les cultures, irriguées au goutte-à-goutte, pousseront dans des bacs emplis d’un substrat organique (compost), ce qui permettra de valoriser, parallèlement, des déchets urbains dans une logique d’économie circulaire.

Laurence Despins

Si vous avez lu cet article, vous aimerez aussi...

  • 04.03.2019
  • 0

Rennes bichonne sa gare

D'ici 2025, Rennes verra sortir de terre un tout nouveau quartier d'affaires et de vie autour de sa gare TGV. En plus de n'être qu'à 1h25 de Paris, la capitale bretonne souhaite y attirer en masse les entreprises.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez votre laps

Inscrivez-vous pour recevoir le laps, la newsletter bimestrielle de thyssenkrupp.