thyssenkrupp dessine le futur de nos villes

Conférence « urbanisme mobilité architecture » à l’école des Mines de Paris

Le 5 décembre 2018, une conférence-débat de très haute tenue s’est déroulée à l’école des Mines de Paris. Son thème était : « mobilités du futur : vers une révolution urbaine ? ».

Six intervenants triés sur le volet y ont animé deux tables rondes successives. Sébastien Busson était l’un d’eux. Il y représentait thyssenkrupp Ascenseurs France —entreprise choisie par les organisateurs de la rencontre en raison du caractère résolument innovateur de la marque.

Chacun le sent, le perçoit, le comprend : les villes et les métropoles du monde entier sont en pleine mutation.

La mobilité que ces dernières réussiront (ou non) à organiser et déployer est un enjeu majeur. Cette mobilité va largement conditionner la façon dont les territoires urbains du troisième millénaire vont progressivement se redessiner et se construire —de ville à ville comme au sein d’une même cité.

Petit retour en arrière : aux siècles derniers, la route (voitures, bus, camions, etc.) et le rail (trains, RER, métro) façonnaient le visage de nos grandes villes, imposant aux urbanistes et architectes une vision incluant routes et autoroutes urbaines, échangeurs, gares et parkings— autant d’éléments arrivant aujourd’hui à un point de congestion.

De même, les ascenseurs à câble permettaient la création de tours de plus en plus hautes —tours peuplant aujourd’hui les métropoles du monde entier.

Seulement voilà : tout cela est en train de changer profondément.

Pour prendre un exemple concret, le projet du Grand Paris s’accompagne en particulier du « Grand Paris Express », réseau de transport public composé de quatre lignes de métro automatique autour de Paris et de l’extension de deux lignes existantes répondant à un enjeu immédiat en termes de désaturation et de désenclavement.

Mais ce Grand Paris Express, au-delà des polémiques qu’il déclenche(1), n’est pas à lui seul la solution. D’autres technologies en développement doivent permettre, selon les anticipations faites, de révolutionner la façon de concevoir la ville de demain.

D’incontournables autres modes de déplacement partagés doivent être offerts et mis en œuvre à plus ou moins brève échéance : voitures autonomes, taxi-drones, boucles urbaines ou ultra-rapides, trottoirs roulants longue distance, ascenseurs multidirectionnels et légers, etc.

On l’aura compris : la « mobilité du futur » —et la révolution urbaine qu’elle va générer— est un sujet aussi complexe que passionnant.

La conférence qui y fut consacrée ce 5 décembre 2018 avait vocation à mieux l’appréhender, ainsi qu’à offrir de multiples échanges et débats entre acteurs-clés du secteur : pouvoirs publics, urbanistes, architectes, investisseurs, aménageurs, industriels.

Délibérément organisée autour de projets et d’exemples aussi concrets que possible(2), elle a offert à son auditoire deux tables rondes successives.

La première, « mobilité de demain et urbanisme », consista dans un premier temps à s’intéresser au projet de réseau de transport Urban Loop(3).

Elle se prolongea ensuite par un débat ouvert et animé. Aux commandes de ce dernier : Jean-Louis Missika, Jean-Pierre Orfeuil, Jean-Philippe Mangeot et Christophe Lienard(4).

La seconde table ronde avait pour thème : « la technologie, vecteur de nouvelles formes architecturales ? ».

C’est là que thyssenkrupp entrait dans la danse. Sébastien Busson, directeur commercial de l’entreprise, y présenta le programme Multi. A l’issue, Jean-François Winninger(5) invita, lui, l’assemblée à le suivre dans le projet de la tour Hekla. Le tout se poursuivit par de nombreux échanges.

L’ensemble se déroula parfaitement bien.

85 invités étaient présents. Au-delà de la qualité des différents intervenants et débatteurs, nombre des participants soulignèrent en particulier le « bon mix » entre projets concrets (Urbanloop, Multi, tour Hekla) et débats de fond apportant enrichissement et perspectives.

Les meilleures choses ont une fin : la conférence Intermines(6) se terminait en milieu de soirée. Chacun des invités rentrait alors chez lui —certains en métro, d’autres en bus ou en voiture, et même quelques-uns à pied.

Tous avaient alors certainement en tête beaucoup de doutes et d’interrogations —sur la façon dont la mobilité allait, dans le futur, révolutionner et « bousculer » leurs paysages urbains. Pour autant, ces doutes et ces interrogations s’accompagnaient d’une certitude : le caractère résolument innovant de la marque thyssenkrupp.

À suivre —dans nos villes comme dans les métropoles du monde entier.

(1) Le projet d’extension du métro et du RER (percement de nouveaux tunnels dans un environnement urbain saturé et très sensible) est pour beaucoup une réponse « d’infrastructures d’hier » à des enjeux « de demain ». Le sujet est ainsi très polémique —y compris au sein de la société du Grand Paris.

(2) Le judicieux parti pris choisi par les organisateurs de la conférence consista à structurer les interventions et les échanges autour d’exemples et de sujets très concrets : Grand Paris, projet Urbanloop, systèmes et innovations thyssenkrupp aux forts potentiels créatifs, future tour Hekla devant profondément transformer l’arrière zone de La Défense en termes d’architecture et d’urbanisme, etc.

(3) Urbanloop est un projet mené par les élèves ingénieurs de l’ENSEM de Nancy. Son idée directrice est de concevoir un système de transport individuel simple, basé sur une flotte de capsules se déplaçant sur des boucles de rails interconnectés. Les rails sont protégés par un tube et s’intègrent dans l’environnement urbain. Le système de propulsion des capsules est 100 % électrique et permet à l’usager de se rendre à sa station de destination sans arrêt ni correspondance.

En savoir plus : http://urbanloop.fr/

(4) Jean-Louis Missika est adjoint à la mairie de Paris en charge de l’urbanisme, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité. Il est l’auteur de « Des robots dans la ville » publié en octobre 2018. Jean-Pierre Orfeuil est ingénieur des Mines et Docteur en statistiques. Professeur d’aménagement à l’institut d’urbanisme de Paris (IUP), membre de l’université Paris-Est Créteil Val-de-Marne, spécialiste des mobilités urbaines, il a publié l’ouvrage « Mobilités urbaines : l’âge des possibles ». Jean-Philippe Mangeot est professeur à l’Ecole Nationale Supérieure d’Electricité et de Mécanique de Nancy (ENSEM), directeur du projet Urbanloop.

Christophe Lienard est directeur de l’innovation du groupe Bouygues. Il est également membre fondateur du think-tank Futura-Mobility dédié à la mobilité en 2050.

(5) Jean-François Winninger est directeur d’atelier chez Jean Nouvel. Il pilote, entre autres, le chantier de la Tour HEKLA à La Défense.

(6) Intermines regroupe les anciens élèves des écoles des mines de Paris, Saint-Etienne et Nancy. L’association a vocation à affirmer la présence dans le monde socio-économique des ingénieurs des mines, à promouvoir leurs actions et leur image et les représenter auprès des instances dirigeantes. La conférence « urbanisme mobilité architecture » du 5 décembre 2018 fut organisée par le groupe « Mines Aménagement et Construction », en lien avec le club « Mines Solutions Service ».


MULTI, une innovation majeure

Premier ascenseur sans câble du monde, le système Multi thyssenkrupp permet de déplacer plusieurs cabines dans une seule cage, verticalement comme horizontalement. Ce système d’ascenseur avant-gardiste est en passe de révolutionner la construction des grands immeubles. Ouvrant aux architectes une nouvelle ère en termes de mobilité et de créativité, il libère la conception des bâtiments des contraintes « traditionnelles » imposées par les ascenseurs exclusivement verticaux. Deux édifices parisiens emblématiques auraient, par exemple, été particulièrement adaptés à l’intégration d’un système Multi : la Bibliothèque François Mitterrand et le nouveau Palais de justice.

Le premier édifice équipé d’un système Multi sera une tour de bureaux berlinoise. Celle-ci est actuellement en cours de réalisation.

En savoir plus : https://www.thyssenkrupp-elevator.com/fr/produits/multi/

Si vous avez lu cet article, vous aimerez aussi...

  • 06.06.2019
  • 0

Emmanuel Paris devient président de thyssenkrupp Ascenseurs

Emmanuel Paris prend la tête de thyssenkrupp Ascenseurs, la branche française de thyssenkrupp qui concentre les activités mondiales du Groupe dans les systèmes de transport de personnes.   Boulogne-Billancourt, le 03 juin 2019 – Depuis le 1e mai 2019, Emmanuel Paris est le nouveau président de thyssenkrupp Ascenseurs et succède ainsi à Emmanuel Altmayer. Emmanuel

Lire la suite

  • 08.02.2019
  • 0

EDF ouvre ses portes à thyssenkrupp Ascenseurs

La belle aventure avec EDF continue. Après avoir signé un contrat de service pour 2336 appareils fin 2018, thyssenkrupp Ascenseurs annonce qu’il va équiper le prestigieux siège parisien d’EDF du nouveau système de maintenance prédictive MAX. Retour sur une belle aventure.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez votre laps

Inscrivez-vous pour recevoir le laps, la newsletter bimestrielle de thyssenkrupp.