EDF ouvre ses portes à thyssenkrupp Ascenseurs

La belle aventure avec EDF continue. Après avoir signé un contrat de service pour 2336 appareils fin 2018, thyssenkrupp Ascenseurs annonce qu’il va équiper le prestigieux siège parisien d’EDF du nouveau système de maintenance prédictive MAX. Retour sur une belle aventure.

EDF ouvre ses portes à thyssenkrupp Ascenseurs

Les décideurs et exploitants d’EDF ont toujours été au plus près de l’innovation et de la haute technologie. Il est donc naturel et – presque – logique que le 10 janvier dernier, l’opérateur national annonce que thyssenkrupp Ascenseur équipe les 17 ascenseurs du site de l’avenue de Wagram de la technologie MAX. Un déploiement qui commencera au printemps et qui fera du siège social de la présidence d’EDF le premier site pilote MAX de France. MAX ? Une solution de maintenance prédictive en temps réelle basée sur le cloud.

Cette annonce ne doit pourtant pas faire oublier que deux mois plu tôt, en novembre 2018, l’ascensoriste remportait un magnifique marché.

Celui du renouvellement du contrat de maintenance des portes et automatismes des sites d’exploitation EDF. Au terme de discussions techniques et commerciales exigeantes, thyssenkrupp Ascenseurs se voit officiellement attribué deux des quatre lots structurant la consultation. Dans le détail : l’OU France décroche la totalité des 585 ascenseurs de l’appel d’offres, ainsi que 1745 portes et automatismes (sur plus de 3000), notamment les 1011 portes et automatismes du lot « industriel » couvrant l’ensemble des centrales nucléaires, ainsi que les 740 portes situées en région Grand Ouest.

« Soit en 4×4, soit en hélicoptère »

Décrocher un tel contrat ne doit rien au hasard. Pour Stéphane Todisco, responsable clients nationaux à la Direction Commerciale Service Modernisation (DCSM) de thyssenkrupp Ascenseur, le maître mot reste l’anticipation. « L’équipe commerciale grands comptes s’est investie sur le sujet pendant près de 3 ans » explique-t-il.

« Nous savions que le marché allait sortir. Il s’agissait d’être prêt au bon moment, c’est-à-dire susciter l’adhésion d’EDF le jour J par une offre financière, technique et organisationnelle anticipée ».

Pour Jean-Charles Vereck, responsable exploitation ascenseurs grands comptes à la Direction Exploitation Service Modernisation (DESM), il faut ajouter à cette anticipation de chaque instant les notions de sécurité et d’accessibilité. « Quelle que soit l’offre susceptible d’être déployée pour faire face aux sévères conditions d’exploitation du marché, elle devait d’abord et avant tout garantir à EDF un respect « au couteau » des drastiques conditions de sécurité. »

Et de poursuivre : « Ensuite, les appareils sont répartis sur une multitude de sites industriels, de plateaux techniques de recherche et développement, de centrales de production thermiques et hydrauliques —ainsi qu’au sein des 19 centrales nucléaires. »

Un exemple pour illustrer ces contraintes ? « Lorsqu’on doit intervenir au cœur des Alpes sur un barrage de production hydraulique en plein hiver, c’est soit en 4×4, soit en hélicoptère ! ».

Bien sûr, rien n’aurait été possible sans un vrai lien de confiance. « Ce changement de prestataire inquiétait les différentes directions d’EDF, il était indispensable de les rassurer en étant « collés » à leurs exigences respectives. » reconnait Jean-Charles Vereck.

« La première impression est toujours déterminante »

Pour Christian Biollet, acheteur à la direction des achats EDF, « la première impression est toujours déterminante : un prestataire doit être à la hauteur dès le début. Dans le cas contraire, il sera quasi impossible de lui faire confiance. Evidemment, un équipement peut tomber en panne, connaître un dysfonctionnement : cela, nous sommes capables de le comprendre. En revanche, là où nous sommes beaucoup plus intransigeants, c’est en matière de disponibilité, de réactivité. Notre prestataire doit réagir dans les délais prévus. »

C’est pourquoi, ajoute Christian Biollet « lors d’un appel d’offres de cette nature, le préalable pour EDF consiste à s’assurer de la capacité du futur attributeur à « assurer » côté technique. Dans un second temps, c’est le prix qui fait la différence ».

Bilan de l’opération, thyssenkrupp Ascenseurs gagne un marché de cinq ans et augmente son parc de portes en contrat d’entretien avec EDF. Mieux, l’entreprise complète ce marché portes de 585 ascenseurs qui, eux, sont du pur incrémental. Et comme tous les ascenseurs équipant EDF ne faisaient pas partie de l’appel d’offres 2018, il reste de belles opportunités pour les années à venir.

 

Si vous avez lu cet article, vous aimerez aussi...

  • 06.06.2019
  • 0

Emmanuel Paris devient président de thyssenkrupp Ascenseurs

Emmanuel Paris prend la tête de thyssenkrupp Ascenseurs, la branche française de thyssenkrupp qui concentre les activités mondiales du Groupe dans les systèmes de transport de personnes. Boulogne-Billancourt, le 03 juin 2019 – Depuis le 1e mai 2019, Emmanuel Paris est le nouveau président de thyssenkrupp Ascenseurs et succède ainsi à Emmanuel Altmayer. Emmanuel Paris,

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez votre laps

Inscrivez-vous pour recevoir le laps, la newsletter bimestrielle de thyssenkrupp.